Mes retours sur le TedX Champs-Elysées Women du 3/11/2017

routines, habitudes, contrôle, cheffe d'entreprise, entrepreneuse, entrepreneure, organisation, planification, suivi, gestion, CRM, Excel, Bullet Journal,équilibre vie personnelle vie professionnelle,s'organiser, Maman, Entrepreneure, Entrepreneuse, mamentrepreneure, mompreneur, mampreneure, stratégie, gérer, structurer, piloter, pilotage, équilibre de vie, processus, procédure, budget, planning, todo, chiffre d’affaire, ventes, bilan, visibilité, dépenses, recettes, clients, prospects, suivi, suivre, slow, idéal de vie, charge mentale, routines, habitudes, prévision, TedxCEWomen, Equalicityroutines, habitudes, contrôle, cheffe d'entreprise, entrepreneuse, entrepreneure, organisation, planification, suivi, gestion, CRM, Excel, Bullet Journal,équilibre vie personnelle vie professionnelle,s'organiser, Maman, Entrepreneure, Entrepreneuse, mamentrepreneure, mompreneur, mampreneure, stratégie, gérer, structurer, piloter, pilotage, équilibre de vie, processus, procédure, budget, planning, todo, chiffre d’affaire, ventes, bilan, visibilité, dépenses, recettes, clients, prospects, suivi, suivre, slow, idéal de vie, charge mentale, routines, habitudes, prévision, TedxCEWomen, Equalicity

Le vendredi 3/11/2017 de 17h à 00h30 j’ai participé aux workshops et assisté aux conférences du TedX Champs Elysées Women. Je me suis inscrite à cette soirée après avoir simplement lu le pitch. Ce n’est pas dans mes habitudes de regarder de près et en détail la liste des intervenantes, j’aime la découverte et la surprise. J’écoute ce qui est dit pendant les interventions, j’y réfléchis et seulement ensuite je vais découvrir les intervenantes et leur travail. C’est fatiguée de la semaine, malgré le jour férié du 1/11, mais pleine d’entrain que je me suis rendue à la salle Pleyel.

Tout a commencé par un workshop sur le thème “Moins de sexisme ordinaire pour plus d’égalité au travail = quelles sont les solutions pour passer à l’action ?

J’ai choisi ce thème car j’y suis très sensible et j’oeuvre dans ce sens au quotidien pour changer les mentalités et la culture d’entreprise.

Je vous mets quand même en photo, les autres thèmes proposés :

routines, habitudes, contrôle, cheffe d'entreprise, entrepreneuse, entrepreneure, organisation, planification, suivi, gestion, CRM, Excel, Bullet Journal,équilibre vie personnelle vie professionnelle,s'organiser, Maman, Entrepreneure, Entrepreneuse, mamentrepreneure, mompreneur, mampreneure, stratégie, gérer, structurer, piloter, pilotage, équilibre de vie, processus, procédure, budget, planning, todo, chiffre d’affaire, ventes, bilan, visibilité, dépenses, recettes, clients, prospects, suivi, suivre, slow, idéal de vie, charge mentale, routines, habitudes, prévision, TedxCEWomen, Equalicity routines, habitudes, contrôle, cheffe d'entreprise, entrepreneuse, entrepreneure, organisation, planification, suivi, gestion, CRM, Excel, Bullet Journal,équilibre vie personnelle vie professionnelle,s'organiser, Maman, Entrepreneure, Entrepreneuse, mamentrepreneure, mompreneur, mampreneure, stratégie, gérer, structurer, piloter, pilotage, équilibre de vie, processus, procédure, budget, planning, todo, chiffre d’affaire, ventes, bilan, visibilité, dépenses, recettes, clients, prospects, suivi, suivre, slow, idéal de vie, charge mentale, routines, habitudes, prévision, TedxCEWomen, Equalicity routines, habitudes, contrôle, cheffe d'entreprise, entrepreneuse, entrepreneure, organisation, planification, suivi, gestion, CRM, Excel, Bullet Journal,équilibre vie personnelle vie professionnelle,s'organiser, Maman, Entrepreneure, Entrepreneuse, mamentrepreneure, mompreneur, mampreneure, stratégie, gérer, structurer, piloter, pilotage, équilibre de vie, processus, procédure, budget, planning, todo, chiffre d’affaire, ventes, bilan, visibilité, dépenses, recettes, clients, prospects, suivi, suivre, slow, idéal de vie, charge mentale, routines, habitudes, prévision, TedxCEWomen, Equalicity

Avant de décrire l’atelier, je reprends ici la définition du terme « sexisme ordinaire » publié sur la page sexismeordinaire.com : “Le sexisme ordinaire, ce sont des stéréotypes et des représentations collectives qui se traduisent par des mots, des gestes, des comportements ou des actes qui excluent, marginalisent ou infériorisent les femmes. Le sexisme ordinaire s’accroche indubitablement à la notion de genre, en tant qu’élément constitutif de rapports sociaux fondés sur des différences perçues entre les sexes et manière de signifier des rapports de pouvoir”.

Ce workshop s’est déroulé en table ronde sur nos expériences personnelles du sexisme ordinaire :

  1. A l’oral lors d’un tour de table, donner une anecdote de sexisme ordinaire puis la retranscrire sur post-it
  2. Seule et en 10 minutes environ poser sur post-it d’autres anecdotes de sexisme ordinaire
  3. En groupe, rassembler tous les post-its par thématiques
  4. En binôme, créer un jeu de carte “ce que j’entends/ce que je réponds”

Les grandes thématiques qui sont ressorties autour du sexisme ordinaire sont : les réunions de travail, les remarques sur le physique/habillement, les comportements, la non-reconnaissance des compétences et les incompréhensions générationnelles.

Le jeux de cartes créé lors de ce brain-storming ultra bien guidé par 3 membres des Hacktivateurs contient à peu près 40 cartes que je me ferai un plaisir de vous le partager quand je le recevrai.

C’était vraiment une très bonne expérience car en 2h à 20 personnes et de bons animateurs on est capable de sortir un travail achevé, utilisable et partageable. En plus d’un thème qui me parle, j’ai apprécié ce côté concret.

Durant le workshop, je me suis aperçue que la limite entre humour et sexisme ordinaire est vraiment très fine. Je pensais avoir des tas d’anecdotes à poser sur post-il mais en réfléchissant, je me suis rendue compte que beaucoup d’entre-elles n’étaient que des blagues dans un contexte précis, qu’il n’y avait aucune mauvaise intention, et finalement je n’ai pas été témoin de tant de sexisme ordinaire que ça dans mon quotidien. Puis j’ai fais une autre constatation : les témoignages et mon expérience personnelle que je considère comme du vrai sexisme ordinaire, viennent la plupart du temps, des générations avant la mienne.

C’est dans cet état d’esprit que je suis entrée dans une salle de conférence qui se promettait d’être riche et inspirante.

Je ne vais pas vous faire un résumé des 16 conférencières (dont 1 conférencier mais j’ai décidé que le féminin l’emporterait sur le masculin – article écrit avant le débat sur l’écriture inclusive – je suis bien dans mon époque 🙂 ), je compte plutôt vous décrire ce que cette soirée m’a inspirée.

Parmi les conférences, celles qui m’ont le plus surprises et qui ont été une réelle prise de conscience, sont celles autour de l’urbanisme. Je n’avais jamais réalisé que je considérais l’espace public comme négatif mais surtout que je n’y faisais que passer car  je ne m’y sens pas en sécurité. J’ai appris, grâce à Edith Maruéjouls et Sybil Cosnard, que les urbanistes sont majoritairement des hommes et qu’ils créent des espaces sans penser aux besoins des femmes. L’exemple des toilettes de Lucile Biarrotte a été le plus frappant “pourquoi y a t-il toujours plus de queue devant les toilettes des femmes ?” Parce qu’il y en a moins, alors que, physiologiquement les femmes ont besoin de plus s’y rendre or ça prend plus d’espace au sol d’avoir des toilettes isolées et fermées. Cette prise de conscience a été renforcée lorsque Fanny Parise nous a parlé du sèche-cheveux créé par des hommes et inspiré par leur outil de prédilection la perceuse. J’aimerai aussi revenir sur ce sentiment d’insécurité dans les espaces publics. Karine Lejeune parle avec brio des raisons de son ressenti, mais surtout de son combat concernant le respect des femmes gendarmes au sein de la gendarmerie. En effet, comment peut-on s’attendre à ce que les femmes gendarmes soient respectées pendant leurs services si elles ne sont pas respectées par leurs pairs ? Et Fatima-Ezzahr Ben-Omar qui fait remarquer que lorsque t’es une fille, on te dit, depuis petite, que dehors toute seule c’est dangereux surtout la nuit.

routines, habitudes, contrôle, cheffe d'entreprise, entrepreneuse, entrepreneure, organisation, planification, suivi, gestion, CRM, Excel, Bullet Journal,équilibre vie personnelle vie professionnelle,s'organiser, Maman, Entrepreneure, Entrepreneuse, mamentrepreneure, mompreneur, mampreneure, stratégie, gérer, structurer, piloter, pilotage, équilibre de vie, processus, procédure, budget, planning, todo, chiffre d’affaire, ventes, bilan, visibilité, dépenses, recettes, clients, prospects, suivi, suivre, slow, idéal de vie, charge mentale, routines, habitudes, prévision, TedxCEWomen, Equalicity routines, habitudes, contrôle, cheffe d'entreprise, entrepreneuse, entrepreneure, organisation, planification, suivi, gestion, CRM, Excel, Bullet Journal,équilibre vie personnelle vie professionnelle,s'organiser, Maman, Entrepreneure, Entrepreneuse, mamentrepreneure, mompreneur, mampreneure, stratégie, gérer, structurer, piloter, pilotage, équilibre de vie, processus, procédure, budget, planning, todo, chiffre d’affaire, ventes, bilan, visibilité, dépenses, recettes, clients, prospects, suivi, suivre, slow, idéal de vie, charge mentale, routines, habitudes, prévision, TedxCEWomen, Equalicity

Œuvrer pour faire évoluer les mentalités, ça c’est un sujet que je porte ! J’ai pu nourrir mes opinions grâce aux intervenantes. A commencer par modifier mes gestes et paroles. Je me suis aperçue il y a quelques temps, que souvent je ré-utilisais fréquemment des expressions que j’avais entendu au travail comme : “je ne suis pas une tapette”, “t’as pas de @@@@@”, “tu prends ton après-midi” … Le fait que j’ai étudié et que je travaille dans l’informatique n’excuse rien. Alors j’ai commencé à me corriger, me reprendre et je me suis dis qu’il fallait absolument que je transmette ça à mon fils et la future génération. Tout comme Karine Lejeune, maman de 2 garçons, je ne laisse plus passer ces abus de langage. Mais pour cela, il faut quand même avoir une sacré dose de confiance en soi quand on est une femme pour porter ses idées. Mais cette confiance en moi je l’ai grâce à un événement fondateur, concept de Marie Treppoz. En plus des abus de langage à la maison, il y a également ce phénomène de harcèlement de rue, décrypté par Fatima-Ezzahr Ben-Omar avec beaucoup d’humour. Peu importe la façon dont on se vêtit, il y aura toujours une remarque alors autant s’habiller selon ses envies et assumer ses choix vestimentaires. On nous a fait croire qu’être une femme désirable est un danger, mais en réalité, n’est-ce pas la façon de penser de notre société qui en a fait danger ? Comme le fait de demander à un homme de nous raccompagner la nuit pour nous protéger des autres hommes ?

Notre façon de penser, d’ailleurs elle vient d’où ? Par quoi est-elle alimentée ? Moi-même et le gens de mon entourage, regardons des séries. Bien souvent la femme y est stéréotypée … Maman, femme au foyer, dépendante de son mari ou de son amant … Iris Brey, a mis le doigt sur un fait avéré, les scènes de viols sont banalisées ! Comment lutter ? Utilisons les réseaux sociaux pour nous exprimer. Soyons conscientes qu’en étant consommatrices on a le pouvoir.

Je fais également partie de la génération qui a une vie réelle et une vie digitale. Ce qui me permet de rappeler que tout ce qui se passe en ligne, fait aussi partie de l’espace public. C’est un espace qui n’échappe pas à la justice, même si il y a encore du travail pour en faire un espace sécurisé où l’utilisatrice/teur est protégé-e. Ce n’est pas Marion Seclin qui dira le contraire, elle qui est championne du monde de cyber-harcèlement pour avoir exprimé son opinion publiquement sur le harcèlement de rue. Elle a très bien exprimé son mal-être face à 40K de commentaires malveillants et j’ai adoré sa conclusion : il n’est pas plus facile d’insulter sur le web, “salope c’est 6 lettres et merci c’est 5 lettres”, alors pourquoi ne pas être bienveillant pour que toute la malveillance ne se voit plus ?

routines, habitudes, contrôle, cheffe d'entreprise, entrepreneuse, entrepreneure, organisation, planification, suivi, gestion, CRM, Excel, Bullet Journal,équilibre vie personnelle vie professionnelle,s'organiser, Maman, Entrepreneure, Entrepreneuse, mamentrepreneure, mompreneur, mampreneure, stratégie, gérer, structurer, piloter, pilotage, équilibre de vie, processus, procédure, budget, planning, todo, chiffre d’affaire, ventes, bilan, visibilité, dépenses, recettes, clients, prospects, suivi, suivre, slow, idéal de vie, charge mentale, routines, habitudes, prévision, TedxCEWomen, Equalicity

D’ailleurs, si on veut changer la place de la femme et la vision que la société a d’elle, c’est à nous, Femmes, d’oeuvrer pour cela. C’est ce que j’ai compris des conférences de Geneviève Fraisse et Chris Blache. Pour y parvenir, il y a différents moyens comme les réseaux sociaux, l’art et les outils digitaux comme l’a démontré Diarata N’Diaye qui avec le slam a su faire entendre son message et qui présentera son application App-Elles (qui permet aux victimes de violences et harcèlement de se signaler) au CES 2018. Sa phrase m’a interpellé “j’ai créé une appli moi la slameuse au bac L qui ne maîtrise pas Excel”. Car oui tous les moyens sont bons pour faire évoluer les mentalités et pour que nous les femmes nous prenons notre place et non pas celle que les hommes voudront bien nous laisser. Surtout qu’on est les mieux placées pour savoir ce qu’on veut et qu’on est assez grande pour l’obtenir.

Après cette soirée de conférences avec des propos en accord avec mes idées, en contradictions ou qui me font réfléchir, c’est certain que je continuerai à faire “ma part” dixit Pierre Rabhi. Et aujourd’hui, cette part concerne l’éducation, car c’est pour moi la base de tout. Pour moi ça concerne autant le système éducatif que la parentalité et la société. D’ailleurs en écrivant cet article j’étais devant l’émission 7 à 8 de TF1  qui diffusait un reportage sur l’ecole d’hôtellerie française au cambodge, un signe ? Mon autre contribution qui pour moi découle de la première, c’est la place de la femme. Je ne veux pas avoir une place calquée sur celle des hommes je veux avoir la mienne, celle qui me correspond qui m’est adaptée ! Pour y arriver, mon premier axe porte sur le travail. C’est essentiel pour moi que chaque femme s’accomplisse et s’épanouisse aussi bien professionnellement que personnellement sans attendre la retraite.  En plus de se réaliser, travailler c’est aussi gagner son indépendance financière et assurer son avenir. Pour finir, ce que Madeleine Dos Santos m’a inspiré de nouveau, c’est qu’il faut également prendre la parole sur la place publique, chose que je ne fais pas aujourd’hui.

routines, habitudes, contrôle, cheffe d'entreprise, entrepreneuse, entrepreneure, organisation, planification, suivi, gestion, CRM, Excel, Bullet Journal,équilibre vie personnelle vie professionnelle,s'organiser, Maman, Entrepreneure, Entrepreneuse, mamentrepreneure, mompreneur, mampreneure, stratégie, gérer, structurer, piloter, pilotage, équilibre de vie, processus, procédure, budget, planning, todo, chiffre d’affaire, ventes, bilan, visibilité, dépenses, recettes, clients, prospects, suivi, suivre, slow, idéal de vie, charge mentale, routines, habitudes, prévision, TedxCEWomen, Equalicityroutines, habitudes, contrôle, cheffe d'entreprise, entrepreneuse, entrepreneure, organisation, planification, suivi, gestion, CRM, Excel, Bullet Journal,équilibre vie personnelle vie professionnelle,s'organiser, Maman, Entrepreneure, Entrepreneuse, mamentrepreneure, mompreneur, mampreneure, stratégie, gérer, structurer, piloter, pilotage, équilibre de vie, processus, procédure, budget, planning, todo, chiffre d’affaire, ventes, bilan, visibilité, dépenses, recettes, clients, prospects, suivi, suivre, slow, idéal de vie, charge mentale, routines, habitudes, prévision, TedxCEWomen, Equalicity

Posted in Partage and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , .

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *